Si vous le souhaitez, laissez vos commentaires et suggestions ici (site, randos, activités etc...)
Merci
Alain

 


 

Les messages laissés par nos visiteurs :



Le 14 Septembre 2020

Hello les amis randonneurs !!!!
Début de notre saison aujourd'hui... Et oui on reprend les mêmes pour l'instant, dans l'attente des nouveau adhérents très bientôt...
Une vingtaine de super randonneurs se sont élancés sur le sentier du littoral de Sainte Luce tôt ce matin mais avec déjà un soleil au plus haut niveau.
Grosse chaleur, mais nos supers randonneurs ont bouclé cette ballade d'une dizaine de kilomètres en deux heures environ. Belle performance pour une reprise !!!! N'est-ce pas ?
La mer d'un vert anis a permis à tout un chacun de se rafraîchir et de régénérer ses muscles après ce gros effort ...
Le déjeuner s'annonçait très bien à l'Anse Mabouya. Mais quelle ne fut la surprise de nos randonneurs lorsque un petit groupe de tortues a décidé de voir le jour à leurs pieds à l'heure du déjeuner sur cette plage, en plein jour et sous un soleil de plomb...
Extraordinaire et fabuleux.... Comment sortir de ce trou de naissance ???
Ces petites bêtes ont réussies en y mettant toutes leurs forces et bien sûr sans aide humaine.... Bravo !!!! Juste un petit coup de main pour les diriger vers la mer... Et hop les voilà parties vers d'autres cieux et pleins de découvertes.... Souhaitons leurs plein de bonnes choses dans cet univers marin pour l'instant inconnu. Souhaitons leurs surtout une belle et longue vie...
Vers 16 heures, nos supers randonneurs ont plié bagage avec la tête pleine de belles images de vie et dans l'attente de la prochaine aventure.....

ELISABETH ALIAS MISS CRAMPE
 
Le 30 Aout 2020

Il peut, il peut, bergère...

Eh oui, le RCVD a pu boucler son Tour contre vents et marées en décidant d'innover pour conclure avec la 25ème étape !
Et si on commandait un peu de pluie - quasiment absente sur toutes les étapes précédentes - à la météo pour changer et surtout étrenner les K-Way pour certains ?
Pas de problème, la Martinique a donc été placée en vigilance jaune pour fortes pluies et orages dès la veille de la rando.
Dimanche matin, "bon dlo té ka tonbé" ce qui nous a incité à ne rien annuler : on attendrait la première accalmie pour partir, d'autant plus que l'itinéraire ne présentait aucun danger entre La Meynard (Fort-de-France) et Belle Etoile (Saint-Joseph). Pour mettre un terme à cette saison, 7 petits kilomètres à avaler avec entrain. Avec toutefois une cerise sur le gâteau - au chocolat ? - : la montée de Fond Cacao sur 400m avec un dénivelé positif de 60m. A la veille de la rentrée scolaire, je vous laisse le soin de calculer le pourcentage de la pente...N'hésitez pas à demander un peu d'aide à vos petits-enfants qui, n'en doutons pas, seront ravis de soigner vos calculs !
Nous n'étions que 15 partants, copieusement arrosés à leur arrivée dans le bourg de Saint-Joseph, sans doute pour nous laver de tout soupçon de fatigue...
Une matinée qui s'est achevée dans la joie d'une célébration d'anniversaire de mariage de Flavie et Louis qui, avec toute cette pluie, nagent dans le bonheur.
Le mariage ressemble finalement à une longue randonnée avec ses obstacles, ses découvertes, ses joies et ses peines et tout cela sans prendre de licence !
A bientôt et merci à tous ceux et celles qui ont permis la réalisation du projet marquant notre 10ème saison, projet fortement compromis avec l'intrusion du Covid-19 !

Grifantè
 
Le 24 Aout 2020

Il est fort, Saint-Louis !

Pour ceux et celles qui ont repris la randonnée depuis la levée du confinement, pas de mystère dans le titre : quand j'évoque le fort Saint-Louis, il s'agit bien entendu de René Frédéric - un monument historique du RCVD - qui n'a pas manqué une étape depuis la reprise ! Le second régional de l'étape 24, Fond Lahaye / Fort Saint-Louis, toujours au plus près du littoral, soit une petite balade de 10km quand même...
Etape à laquelle a pris part un groupe de 13 fans - pas de repas tiré du sac ce dimanche pour éviter d'être 13 à table -, parti donc du petit port de pêche de Fond Lahaye avec une petite incursion sur la plage de l'anse Collat, puis l'anse Madame avec le tour de la place des Arawaks et sa magnifique sculpture signée Henri Guédon, l'esplanade du 22 mai - emplacement de l'ancienne caserne de gendarmerie et la batterie Sainte-Catherine en contrebas (photo incontournable d'un endroit canon !)...
Quittant Schoelcher - ou Case Navire pour faire plaisir à certains -, nous arrivons à l'anse Gouraud, puis Fond Batelière que nous traversons en suivant de petites ruelles étroites séparant des maisons en bordure de falaise. Dernier tronçon des pointes des Nègres, de la Vierge et Simon en traversant le fameux quartier Texaco, puis l'arrivée à destination en suivant le Bord de Mer - ou Malecon, là encore pour faire plaisir à tout le monde.
Un iguane peu craintif nous attendait sur le tronc d'un arbre au pied du Fort Saint-Louis et nous accueillit avec un : "A présan, zot ka rivé ! Eti kolasion an ? ".
Obéissants, nous sortimes la glacière pour nous rafraichir...la mémoire !
A dimanche prochain

Grifantè
 
Le 10 Aout 2020

La Portion Congrue en vadrouille...
Sept valeureux randonneurs (3) et valeureuses randonneuses (4) ont effectué cette 23ème étape entre Le Carbet et Bellefontaine !
L'effectif fond "kon sinobol anba soley cho-a", mais ne disparait pas...Espérons que pour l'ultime étape, je ne me retrouve pas à ouvrir la marche tandis que Félo, imperturbable, continuera d'assurer son rôle de serre-file, alors que nous ne serons plus que nous 2 !
Ceci dit, ce fut une belle rando.
Une déception : ne pas avoir pu descendre jusqu'à l'anse Marigot en contrebas du belvédère de Morne aux Boeufs, en raison de la période de nidification des "phaétons à bec jaune" (mars à août).
Une satisfaction : avoir pu traverser la savane qui permet de rejoindre Fond Capot sans rencontrer les herbes piquantes collées sur les jambes de pantalon, ce qui nous avait valu une certaine dose de patience pour les retirer une à une lors de notre dernier passage...
Un petit coup d'oeil sur les vestiges de la pointe de la Batterie et nous voilà en route vers le bourg par la plage et le quartier l'Autre Bord. En traversant la rivière Capot, presque à pied sec, on quitte le territoire du Carbet pour entrer sur celui de Bellefontaine.
Agréable visite du bourg et surtout de sa face cachée (l'église et son architecture originale, les bords de la ravine Le Marigot en suivant la rue Lyn Mauvois, puis cette fameuse remontée - mécanique ? - en direction du célèbre Torgileo et enfin (!) la redescente sur la Cour Tamarins...
Heureusement, le soleil avait décidé - port du masque obligatoire ? - de se voiler la face.
Petite pause au boulodrome avant d'entamer le dernier tronçon jusqu'à la centrale EDF de Fond Laillet, toujours en longeant la ligne bleue, non pas des Vosges, mais de la Mer des Caraïbes, caressant les rochers.
Ce n'était pourtant pas la fin du parcours puisque le groupe s'est ensuite dirigé vers le bourg de Case-Pilote - en voiture heureusement - pour une visite du bord de mer depuis la place de la mairie en passant près du mémorial rappelant l'histoire du périple et de l'arrivée des Indiens aux Antilles en 1853, puis par le quartier L'Autre Bord" en bas du quartier "La Batterie" (décidément on se croirait revenu.e.s sur nos pas).
Dernier transport qui nous mènera sur la plage de Fond Bourlet, dont le nom reste attaché à la découverte du corps ligoté et noyé d'André Aliker en janvier 1934.
Le temps d'un bain de mer bien mérité, d'une collation et d'un pique-nique tout aussi mérités - connaissez-vous le "riz au lait" de l'ami Félix ? - et vers 13h nous décidions de lever le camp.
Pas déçu.e.s de cette demi-journée en tout cas !

Grifantè
 
Le 5 Aout 2020

Cependant, en dépit du passage par la rue "monte au ciel", nous n'avons pas atteint les cieux (sic). Seuls nos mollets ont été mis à contribution.....
Et bien sûr, la majestueuse Montagne Pelée s'était découverte de tous ses nuages pour nous accueillir et nous permettre d'apprécier ses jolis flancs.
Ce fût une belle ballade riche de l'histoire d'un pan de la vie de notre territoire d'il y a quelques années et qui mériterait d'être mis en valeur et transmis.
Il nous appartient à tout un chacun de le faire....

ELISABETH ALIAS CHOSET ENTE OU MISS CRAMPE
 
Le 3 Aout 2020

"Le régional de l'étape..."
Peu nombreux et nombreuses ce dimanche 2 août à Saint-Pierre pour la 22ème étape de notre tour !
Peu importe la quantité dès lors que la qualité était présente : en parlant de qualité, je pense au "régional de l'étape" qui a repris du service après la longue absence due au Covid.
"Régional de l'étape" car natif de Saint-Pierre, l'homme à la tablette bleue - vous l'aurez sans doute reconnu -, notre ami Benjamin nous a conduit sur les traces de son enfance après que le petit groupe ait arpenté le quartier du Fort, en long, en large et en travers. La visite des ruines de la Maison de Santé a constitué un temps fort - comme le quartier du même nom - de la matinée.
Ancien hôpital psychiatrique, cet établissement colonial a été précurseur du traitement des malades par l'hydrothérapie, l'eau descendant généreusement des flancs de la Pelée. Tout ceci ayant connu la fin tragique que l'on sait le 8 mai 1902. Le groupe - en prenant bien soin de ne laisser personne sur place - s'est ensuite dirigé vers le boulevard (sic) Laigret en contrebas du Morne Abel. Vue magnifique sur la rade de Saint-Pierre et la ville en contrebas.
En longeant le cimetière - où là encore nous n'avons laissé personne -, nous sommes arrivés par la rue Clavius Marius qui n'est pas un sénateur de la Rhum Antique, fief des premiers émois de Benjamin, sur la place Bertin pour une petite pose ou pause, à chacun de voir.
Il était temps de reprendre la route, enfin la plage pour gagner le quartier Le Coin au Carbet, proche environ de 5km. Pratiquement 3km de plage, les pieds dans l'eau pour l'un d'entre nous, par un temps ensoleillé.
L'étape prenait fin au Coin - comme disait le maitre d'école ! - et le petit groupe s'est retrouvé sur la "Place dite du débarquement de Christophe Colomb", absent ce jour, pour le repas tiré du sac après un bain de mer bien mérité.
A noter en ces temps troublés, que cette place accueille un panneau reprenant 100 noms d'anciens esclaves que les officiers d'état civil leur ont attribué après l'abolition de l'esclavage.
Les "Sans Noms" se sont retrouvés ainsi étiquetés en faisant l'impasse sur leur véritable identité jetée aux oubliettes à la suite de la traite négrière...
On y retrouve donc un grand nombre de patronymes de familles connues dont certaines résident toujours au Carbet.
On ne peut que saluer cette initiative qui permet à notre jeunesse de connaitre les deux faces de la médaille historique !
A dimanche prochain !

Grifantè
 
Le 27 Juillet 2020

Chosèt antè m'a devancé et c'est très bien ainsi...Merci donc à Elisabeth, prochaine Miss Crampe ! J'allais dire : Elisabeth, cramponne-toi ! mais je conçois que ça risque de prêter à confusion...
Donc la chronique de nos pérégrinations hebdomadaires en sera de ce fait allégée.
Je me contenterai de m'arrêter sur le profil de ces 19 volontaires qui ne se laissent pas abattre par les kilomètres à pied, qui comme on le sait "ça use, ça use".
Si l'on fait abstraction des 7 personnes invitées - qui nous ont trempés dans un sacré bain de jouvence pourtant -, l'âge moyen des 12 licencié.e.s RCVD présent.e.s ce dimanche 26 juillet s'établit à ...65 ans (3 d'entre eux affichant plus de 70 ans). Pas de miracle pourtant, seul l'entrainement physique ajouté au plaisir de se retrouver ensemble peut expliquer cela.
Preuve s'il en était besoin, que cette randonnée, redoutée par sa longueur mais tant appréciée par cette immersion dans un site exceptionnel (classé "zone d'intérêt écologique, floristique et faunistique" depuis 1996) reste incontournable. Pour s'en convaincre, je citerai la chargée de mission "Protection des sites et Paysages" de la Direction Régionale de l'Environnement de l'époque : "Du fait de son isolement, le site offre au promeneur (sic) le spectacle unique d'une forêt tropicale encore sauvage et bordée par un littoral d'une exceptionnelle beauté. Les paysages tirent leur grande valeur esthétique de la puissante forêt primitive qui les compose(...)".
Des décennies après, le site n'a rien perdu de cette description et il nous appartient à nous, randonneurs et randonneuses, de le préserver !

Grifantè
 
Le 27 Juillet 2020

Coucou les amis...
Hier journée palpitante sur la randonnée "Grand Rivière/Prëcheur".
Après une belle balade en yoles pour rallier Prêcheur à Grand Rivière, 19 courageux randonneurs se sont lancés sur le circuit.
Après 1 heure et demi, nous rencontrons la première difficulté... Un gros arbre s'est brisé et le tronc s'est installé au beau mileu du sentier... C'était sans compter sur nos intrépides randonneurs.... David, un de nos invités s'est mis à l'ouvrage avec coutelas et courage en compagnie de Romain, Henry....
Ouf !!! le sentier est déblayé après une bonne demi heure... Passage délicat mais le petit groupe peut reprendre son périple destination Prêcheur.....
Oups !!!! Deuxième difficulté encore un tronc d'arbre sur le sentier... Mais là pas besoin de coutelas.... Juste un passage délicat.... Et le petit groupe continue son périple destination Prêcheur...
Enfin la rivière trois bras, bain de jouvence dans une eau claire et tempérée. Belle halte pour le repas et un peu de repos avant d'entamer la deuxiéme partie de notre périple.
Un heure après, le petit groupe bien requinqué repart destination Prêcheur....
Notre amie "fatigue" commence à faire son apparition et ses sans compter sur son "entêtement" à vouloir nous pourrir la vie aujourd'hui.....
Louis ouvre le "bal" de la souffrance.... Les autres avancent avec la hâte de terminer....
S'ensuit Elisabeth qui est invitée au "bal" et qui danse le "zouk"de de la souffrance à 3 kilomètres de l'arrivée... En proie à d'intenses et douloureuses crampes aux deux jambes.... Servaise commence à l'aider apeurée et triste devant mes cris de douleur.... Deux sportifs de passage prennent le relais de Servaise... Merci à eux. Enfin, Gérard, Romain et Louis arrivent. Louis va beaucoup mieux et peut continuer.... Je me tords de douleur...
Ouf !!! Le "zouk" se termine enfin.... Je peux repartir avec le soutien de Gérard sur 200 mètres sur les chaussettes. Romain porte les chaussures et reste attentif. Servaise porte le sac... Je continue seule sans soutien doucement et tranquillement et nous arrivons enfin... Pas trop fatiguée mais les jambes en vrac stigmates de cette douloureuse épreuve....
Petite frayeur à l'arrivée quand Servaise n'est pas là.... En fait elle est descendue vers la plage et à longer la plage en laissant le sentier suite à une mauvaise indication "direction parking".
Pas de problème, elle est là.
Quel épopée ce dimanche !!!!!
Et nous avons tous rallier Grand Rivière au Prêcheur ; et terminer notre périple "destination Anse Couleuvre - Prêcheur....
Mais journée fantastique tout de même....

Gros merci à Gérard et Romain et surtout à Servaise...
A bientôt
Elisabeth alias "chaussettes entè"

ELISABETH ALIAS CHAUSSETTES EN T
 
Le 26 Juillet 2020

Le gang de Potiche en action...

On connait bien les deux ponts métalliques surplombant la Rivière Potiche permettant ainsi de rejoindre Grand-Rivière sans se mouiller les pneus.
Ce que l’on sait moins, c’est la date de mise en service de ces ouvrages, rompant ainsi l’enclavement de cette commune de l’extrême nord de la Martinique.
Et pourtant, avant l’existence de ces structures, une route reliait Grand-Rivière à Basse Pointe en passant par Le Macouba. Cette route qui descendait en serpentant jusqu’à l’embouchure de la rivière où subsistent les ruines de l’habitation qui garde son mystère, était empruntée par les camions et autres taxis-pays, permettant ainsi les échanges par voie terrestre. Aujourd’hui envahie par la végétation dans sa partie sud, elle révèle un témoignage patrimonial essentiel à qui veut comprendre la difficulté de se déplacer à la Martinique dans la première moitié du siècle passé. On comprend ainsi mieux pourquoi les Anciens ne rechignent pas devant les kilomètres à pied...
Le dimanche 19 juillet, ils n’étaient que 12 du RCVD à tenter «l’aventure» - l’équipe de reconnaissance avait nettoyé l’accès de cette route pavée quelques jours auparavant -, aventure partant du quartier Potiche pour traverser la rivière sur le pont de pierres puis remonter sur la départementale D10 - belle montée ! - et rejoindre le point de départ en empruntant les fameux ponts du haut desquels on aperçoit la rivière discrète qui s’étire quelques dizaines de mètres plus bas.
La seconde partie du trajet nous a conduit du site des éoliennes de Beauséjour en passant par la rue Sous Bois pour arriver au port de pêche en longeant la côte. Il ne nous restait plus qu’à regagner le stade et la rivière que nous avons remontée pour...Mais vous savez déjà !

Grifantè
 
Le 13 Juillet 2020

La Crabière est aujourd'hui !

Effectivement, le dimanche 12 juillet - aujourd'hui donc -, le RCVD avait donné rendez-vous à ses membres entre Grande Anse (Lorrain) et Chalvet (Basse Pointe) en empruntant le Sentier du Littoral Nord Atlantique.
Tout augmente parait-il (sauf les salaires et pensions), et donc l'effectif des participants a enregistré un bon bond puisqu'il est passé à ...17 ! C'est peu, me direz-vous, mais le Covid y est un peu pour quelque chose...
Le covoiturage assuré par l'encadrement, le groupe démarre donc aux alentours de 8h. Temps superbe - la pluie nous attendra pourtant au tournant...à Vivé -, sentier fraichement balisé Blanc et Rouge (la Crabière est un tronçon du SLNA labellisé Grande Randonnée), multiples abricotiers bâtards, vestiges de l'ère industrielle des usines sucrières du siècle passé, magnifiques spécimens de bombes volcaniques aux motifs énigmatiques témoignant d'une géologie tourmentée, sans oublier les racines à découvert d'une esthétique à couper le souffle - qui manque parfois pour gravir les marches en bois, bref une occasion à ne pas manquer d'observer, de sentir, de s'émerveiller et de photographier ! Merci à Elisabeth, Emmanuel et Josiane d'y avoir pensé.
Arrivés à l'embouchure de la Rivière Rouge, le groupe reste interloqué : la rivière est d'un noir d'ébène inattendu avec des berges où s'est amassée une boue noire également. Mystère d'une pollution ou d'un phénomène naturel ?
Plus loin un panneau explicatif du site amérindien voudrait bien nous livrer ses secrets mais son état de lisibilité est proche de zéro. Heureusement que le RCVD passait par là : avec de l'herbe en guise d'éponge et l'eau des bouteilles, la toilette est faite, et le fin mot de l'Histoire nous est livré.
C'est là que la pluie pointe le bout du nez de ses gouttes et que le groupe décide de rejoindre Vivé en remettant la suite vers Chalvet à une date ultérieure. Bien entendu, le RCVD a usé de son pouvoir de persuasion en négociant avec les hautes sphères et peu de temps après, le ciel s'éclaircit.
C'est le moment de rejoindre en voiture un bord de la rivière Capot, véritable havre de paix et de pique-nique. Une découverte pour la majorité d'entre nous, offerte par Servaise, originaire de Morne Capot. Il fait beau, la rivière coule des jours heureux - le bain est excellent - et le groupe passe un moment inoubliable - Félix à son habitude a faitouts et a tout fait pour : nos estomacs s'en souviendront !
Dans l'après-midi - un orage a du éclater sur la Pelée -, l'eau de la rivière change subitement de couleur, les bords s'élargissent, le débit augmente, tous les signes annonciateurs de notre départ. Sécurité oblige...
Merci à la nature qui nous a rappelé que tout a une fin !
On se retrouve dans une semaine ?

Grifantè
 
Le 5 Juillet 2020

Etape 18 du Tour le la Martinique par le littoral : il ne manquait que vous !
Esprit Covid, es-tu là ?
Apparemment oui, puisque la mobilisation des randonneurs et randonneuses reste timide...
Mais ne nous décourageons pas : 12 participant.e.s se sont retrouvé.e.s samedi 4 juillet pour suivre le SLNA entre le port de pêche (ils et elles -3- l'avaient, la pêche, au départ) du Marigot et le stade du Lorrain.
Belle balade en grande partie à l'ombre de la végétation du littoral, traversée de la rivière du Lorrain sur le pont de singe (n'ayez pas peur, c'est stable), découverte des ruines de l'habitation de l'anse Massé, point de vue depuis la pointe Châteaugué, traversée du bourg du Lorrain pour finalement aboutir du côté du stade. Rien que du bonheur pour les marcheurs et marcheuses du RCVD !
Le covoiturage et l'organisation du transport mis en place faute de car adapté (déposer 3 véhicules au Lorrain pour récupérer le groupe) n'a pas mis le groupe en retard, la distance séparant le Marigot du Lorrain n'étant pas excessive.
Une journée qui s'est terminée très convivialement sur la plage de l'anse Cosmy à Trinité. On pardonnera aux nuages chargés de liquide distribué en fines gouttelettes de nous avoir fait lever le camp plus tôt que prévu : on était si bien !
Si ça ne vous donne pas envie de nous rejoindre...

Grifantè
 
Le 18 Juin 2020

A la corbeille, la rando virtuelle ! Eh oui, nous avons repris, timidement... Jeudi 27 mai, nous étions 3 de l'équipe de reconnaissance à la Caravelle, vendredi 5 juin nous étions 6 à marcher entre Cosmy (Trinité) et Belle Etoile (Sainte-Marie) et dimanche 14 juin, 4 partant de la plage de l'Union (Sainte-Marie) pour rallier Plateforme (Le Marigot). Timide mais inébranlable ! On en avait oublié l'effort à fournir pour effectuer cette 17ème étape de notre tour que nous bouclerons pour la fin de cette 10ème saison, foi de licencié.e !!! Si la distanciation entre les participants ne pose pas de réel problème, l'impossibilité de se déplacer en car en rebute plus d'un à mon avis. Les étapes étant linéaires, il nous faut organiser le transport en véhicules particuliers et donc prévoir le covoiturage en fin de rando pour récupérer les autres véhicules au point de départ de la rando. Un casse-tête qui n'est pourtant pas insurmontable... Ceci pour vous dire que nous vous attendons, par groupes de 10, samedi 20, la veille de la Fête des Pères, au Marigot. Faites-vous un cadeau, soyez présents !

Grifantè
 
Le 23 Mars 2020

Le RCVD inaugure sa 1ère rando virtuelle !

Rien n'arrête votre club bien aimé...Dimanche 22 mars, nous étions quelques-uns et unes (entre 2327 et 2328, mais à ce stade, on n'évite pas l'erreur de comptage) à se rendre sur le site de cartographie dont je tairais le lien pour ne pas faire de jaloux, pour rejoindre les sentiers de la presqu'ile de la Caravelle, quinzième étape de notre tour du littoral.
Equipé.e.s de la tête aux pieds, c'est-à-dire d'une seule casquette et d'une paire de baskets - rappelons que cette rando a eu lieu devant son écran dans un état de confinement total, donc ne nécessitant pas une surcharge de vêtements -, les participant.e.s s'élancèrent sur l'un des deux circuits proposés, le premier et le second pour être plus précis.
Une chance inespérée : ce nouveau type de randonnée nous a épargné la chaleur accablante qui régnait dimanche dernier sur le secteur de la côte atlantique. Autre chance : les embruns malicieux et voulant imiter certaines projections honnies, n'ont pas réussi à atteindre mon ordinateur, ce qui me permet d'écrire cet article aujourd'hui.
Nous arrivions près du phare mais si, pour profiter de la vue imprenable que nous avons néanmoins prise, unique !
En discutant avec les didines, on se rendit compte très vite qu'elles ne redoutaient nullement le Covid-19, alors que nous marchions à un train d'enfer afin qu'il ne nous rattrape pas. En longeant la côte, les vagues généreuses allaient et venaient, nous berçant de douces illusions salées.
Le tour de la presqu'ile achevé, les deux groupes se rejoignirent pour partager la collation tant attendue sur la plage de la Brèche . Seul hic : la distance de 200m entre chaque randonneur, imposée par le législateur, n'a pas facilité le service, le dernier de la file attendant à impatiemment son tour aux abords de la cité F. Fanon - qui doit se retourner dans sa tombe en constatant ce cortège de Damnés de la terre, de la terrible pandémie qui pend à demi -.
Le traditionnel "A votre santé" a pris ce jour-là tout son sens, comme ma voiture prend tout son essence !
Rendez-vous le 5 avril pour une nouvelle rando new look.
A vos cartes ! (les jeux de belote sont toutefois admis pour les quelques étourdi.e.s qui confondent IGN et hygiène)
Grifantè

Grifantè
 
Le 10 Mars 2020

Dans le message précédent rédigé depuis mon GSM, les émoji n'ont pas été reproduits mais remplacés par des points d'interrogation. Désolée

Marie-George
 
Le 10 Mars 2020

«BAC ensuite» ????
«CAP sur la Brèche»?
Entièrement DAC ???? avec Grifantè pour son commentaire de la journée du 08 mars 20 qui fut merveilleuse à tous points de vue (dépense physique, bonne humeur, joyeux échanges, détente, boissons et fruits partagés, spectacles de la nature, mer accueillante, soleil bienveillant, alizés caressants.. et j'en passe).
Je pénaliserait
malgré tout d'1/2 point cette journée pour promesse non tenue par les hommes (c'était quand même la journée des droits des femmes).
Nous attendons toujours de savoir quelle femme à été tirée au sort pour gagner la gratuité du déplacement de la journée ????????
Ah, femmes ! Nous avons encore fort à faire mais nous leur sommes malgré tout reconnaissantes de de nous accompagner et de prendre de leur temps de préparer les circuits ????. Gwo Woulo bwavo n'a yo

Marie-George
 
Le 9 Mars 2020

Passe ton bac d'abord !

En cette période troublée de mise en examen - scolaire bien évidemment -, le conseil ne parait pas concerner les membres du RCVD.
Pour nos randonneurs et randonneuses, il s'agissait plutôt de "Passe ton bac ensuite", étant donné que le bac en question, permettant de franchir la rivière du Galion à pied sec, se situe à mi-parcours de l'itinéraire Pointe Savane (Le Robert)/Plage des Raisiniers (La Trinité), itinéraire suivi en ce dimanche 8 mars, date de notre 14ème étape.
Rappelons pour mémoire - pour ceux qui l'ont courte, j'ai bien dit "ceux -, que le projet du club pour marquer sa 10ème saison, consiste à effectuer le tour de notre ile au plus près du littoral. Ce tronçon illustrait donc parfaitement notre ambition puisqu'il constitue le départ du SLNA, le Sentier du Littoral Nord Atlantique, long d'une quarantaine de kilomètres - à découper en tranches pour en faciliter la digestion…-.
Le groupe, fort de ses 55 inscrit.e.s et respectueux de là où il met les pieds, a pris soin de ne pas déranger les porteurs de pinces qui, dans une insouciance non coupable, profitent de leur dernier moment de bonheur, englués dans la vase épaisse d'une superbe mangrove, située à proximité des champs de cannes du Galion, comme quoi on peut être petit et intelligent…Je n'irai pas jusqu'à établir un parallèle avec le coronavirus qui nous guette pour faire le buzz. Contentons-nous de marcher...
Balade par un temps magnifique, chaleur de saison, paysages illuminés pour nous faire goûter la beauté des sites, bref un moment plus qu'agréable.
Il a fallu composer avec un évènement qui a modifié l'arrivée, à savoir la course de yoles qui se déroulait dans la baie de Trinité, situation que nous avions déjà vécue il y a 2 ans - l'histoire se répète -, mais le RCVD, qui a plus d'un tour dans son sac, a mis le cap sur la plage de la Brèche.
Repas partagé, moment de détente, des ingrédients chers aux adhérent.e.s du club qui a profité de cette journée pour mettre à l'honneur ces femmes qui luttent pour le respect de leurs droits.
Randonner - et plus généralement profiter des loisirs - représente un droit fondamental que tient à favoriser le RCVD. Et la démonstration se passe de commentaires ; sur 55 participant.e.s, 36 étaient des femmes !
Les femmes en rando, les hommes aux fourneaux ! (et pas au restau ou à l'apéro comme certains le revendiquent), voilà le nouveau slogan à mettre en avant.
La boucle est loin d'être bouclée, rendez-vous donc le 22 mars pour sentir les embruns de la presqu'ile de la Caravelle...

Grifantè
 
Le 23 Février 2020

Une rando à l'œil !

Tous les participant.e.s à cette 13ème étape (Anse au Bois/Petit Macabou) ont pourtant versé leur écot (nomies) ce samedi matin avant de s'embarquer dans le car à Belle Etoile (Saint-Joseph).
Si je mentionne l'œil qui n'était pas dans la tombe mais à l'extrême pointe du cap Ferré, c'est parce qu'il s'agit de l'Œil Bleu, que certain.e.s d'entre nous ont admiré pour la 1ère fois. Site remarquable à regarder de loin et dont les dangers bien réels sont signalés par un panneau explicatif bien détaillé. Avis aux inconscient.e.s !
Arrivé.e.s au Cul-de-Sac Ferré sous un soleil accablant, nous n'étions plus que 15 sur 37 à s'élancer sur le second tronçon de l'itinéraire. Pointe Macré et son cœur ouvert sur l'anse Grosse Roche, la chapelle des Marins pour une pause bien méritée et les plages de Macabou : nous sommes au bout !
Encore un effort pour ne pas renoncer à la collation...

Grifantè
 
Le 16 Février 2020

Bonjour à toutes et tous
Gros bisous chè ôt mérité ça
Pour ma deuxième nuit à la belle étoile dans mon pays MARTINIQUE non seulement j'ai bien dormi huit heures avec le mérite d'écouter le bruit des vagues autour de ma tente sublime
Jai même tâter le sol pour savoir s'il y avait de l'eau sous la tente et je me rendormais de plus belle dans ce bruitage magnifique BELLE NUIT
Le lendemain dimanche
Depart magnifique pour un 13 à 15 km Jai chanté tout le long comme un siffleur avec mon refrain ALLO ALLO
qui permettait de souffler un peu car le guide comprenait l'appel de ma chanson et ralentissait
Chemain faisant ça ne marchait plus j'étais plus entendu et delà j'ai remarquer que derrière le guide il y avait une barrière de champion haute catégorie OUI qui l'empêchait d'entendre ma voie haletante avec la même chanson sans connection possible
Je suis arrivé à destination avec un gros espoir en choisissant un raccourci pour rejoindre le car ..
UN CAR FANTÔME ????????????????????????????????????

Benji
 
Le 14 Février 2020

le RCVD, un club attaché aux traditions ? Sans doute mais pas n'importe lesquelles !!! Un week-end de randonnée par exemple ? Et pourquoi pas ? Une expérience déjà tentée en avril 2013 puis en février 2015 - mais dont la 2ème journée avait du être annulée en raison des conditions météo très défavorables. Enfin, en 2017 et 2018, le Week-end Rando-bivouac a pu avoir lieu avec un itinéraire légèrement modifié, ce qui a été encore le cas pour l'étape 12 de notre tour de la Martinique en suivant le littoral au plus près. Sans oublier les randos bivouac en 2015 et 2018 chez notre ami René DERSION sous les pitons ! Rando-bivouac : une tradition donc !
Samedi 8 février, 22 randonneurs et randonneuses prirent le départ au bourg de Sainte-Anne en direction de Caritan. Un premier tronçon extrêmement boueux qui s'arrêtait à la plage de la Grande Terre, juste en face de l'ilets Cabrits, la Table du Diable, un peu plus loin, ne nous ayant pas invités à partager son repas. La nuit fut douce et les hamacs n'essuyèrent que quelques gouttes d'eau… Après un "pain au beurre-chocolat" et le rangement du matériel, le second départ pouvait être donné dès 8h30 pour rejoindre l'Anse au Bois, soit une bonne dizaine de km à parcourir - sans courir - Pourtant l'allure soutenue du groupe lui permit de se retrouver à midi juste autour d'une autre table, avec un "ti-nain morue" et le supplément cuisiné par Félix, partisan du "après l'effort…" Occasion également de croiser sur le chemin de la Baie des Anglais, les randonneurs et randonneuses de l'Association des Douaniers de l'Aéroport du Lamentin. Détente et convivialité ont meublé le début d'après-midi du dimanche jusqu'à ce qu'un nouveau départ nous conduise - en car cette fois - à Saint-Joseph... Je laisse le mot de la fin à Georges, notre chauffeur depuis 10 ans : "C'est quand la prochaine rando-bivouac ?"

Grifantè
 
Le 26 Janvier 2020

Haut les cœurs au Piton Crève-Coeur
Ah, le petit jus de canne préparé avec soin par notre ami Lambert (dont je ne dévoilerai pas l'âge pour me faire passer pour un petit jeunot) !!! Sachez simplement qu'il est le vice-doyen du club et qu'il marche sans compter les années. Je rêve de pouvoir marcher encore longtemps sur ses traces (au propre comme au figuré).
La collation, puisqu'il faut bien en dire un mot un jour, vient récompenser les efforts de chacun et chacune et se compose d'eau, de jus divers et de quelques autres produits qui, rassurez-vous, sont consommés avec modération (qui n'est pas un nouvel invité…), de fruits, biscuits et autres amuse-gueule. Moment tant attendu pour alimenter les corps mais surtout pour alimenter la conversation ! Et l'on parle, on échange, on discute et on en oublierait presque de se resservir car le buffet est, fallait-il le préciser, open.
Et comme le dit si bien notre ami Benjamin, l'homme à la tablette bleue," en haut du piton, c'est pour trouver la paix et en bas, c'est pour trouver l'apéro". Parole de sage-homme...
Agréable moment donc ce dimanche pour les 51 participants à cette randonnée qui, après avoir emprunté le littoral du bourg du Marin, nous a conduit à gravir le piton Crève-Coeur en passant par Petit Versailles. Quel panorama du haut de ce piton ! A couper le souffle qui en avait déjà pris un sacré coup lors de la montée… Et une lecture du paysage à 360° facilitée par la table d'orientation installée à même la roche ! Tout cela sous un soleil éclatant, et je ne vous en dirai pas plus sauf : "Sa ki sav sav, sa ki pa sav pa sav".
Et pour le savoir, il faut rejoindre le RCVD...
A bientôt donc pour notre 12ème étape de ce tour du littoral !

grifantè
 







Créer un site
Créer un site